Google Earth : Découvrez les impacts du réchauffement climatique

25 juillet 2010 par Jeremy Laisser une réponse »

googleearth_logoChangement climatique, nous sommes tous concernés !

Savez-vous ce que peut représenter une hausse de température de 4° Celsius sur la planète Terre ? Non ? En partenariat avec Google Earth, le gouvernement britannique vous invite à le découvrir.

Le bouleversement de l’éco-système marin, la montée des eaux ou les terribles feux de forêts, des exemples d’une haute importance évoqués dans la carte interactive qui illustre les impacts du réchauffement climatique par l’intermédiaire d’animations, de textes explicatifs et de vidéos.

Ministre de l’énergie et du changement climatique, Greg Barker déclare que « cette carte renforce notre détermination à agir contre le dangereux changement climatique créé par l’homme ».

D’après Vicky Pope du service météorologique du Met, cette hausse de 4° Celsius pourrait intervenir d’ici la fin du siècle et peut-être dès 2060.

A noter que cette application Google Earth n’aurait pas vu le jour sans le centre climatologique d’Hadley, qui a pour rôle de conseiller les gouvernements sur le changement climatique, et qui a notamment fournit ses résultats d’analyses.

Le saviez vous ? Explorer la lune, découvrir les évolutions du monde, faire un tour sur Mars, explorer les océans, voir le monde en 3D ou encore explorer le ciel, autant de possibilités que vous offre la dernière version Google Earth.

Envie d’en savoir plus ? Vous pouvez :
- Télécharger la dernière version de Google Earth

- Télécharger la carte interactive

- Ou encore visionner la vidéo ci-dessous où le très célèbre homme politique Al Gore retrace le changement climatique.

Voici une illustration de la carte interactive à télécharger gratuitement :

rechauffement-climatique

Publicité

2 commentaires

  1. jipebe29 dit :

    Les projections des modèles du GIEC/IPCC ne sont pas conformes aux observations, car:
    - elles ne prévoient pas la stagnation des températures depuis 2001 (mesures satellitaires);
    - elles ne prévoient pas le refroidissement relatif des océans
    - elles ne prévoient pas la stagnation actuelle de la montée des océans (et seulement 2 à 3 mm/an dans les années précédentes).
    - la signature des gaz à effet de serre CO2/CH4 (les points chauds des zones sub-tropicales), prévue comme une validation forte des modèles du GIEC, n’a jamais pu être observée par les ballons-sondes météo
    - la relation causale supposée entre le CO2 et la température est démentie par l’analyse fine des carottes de glace : durant les 500 000 dernières années, ce n’est jamais le CO2 qui a fait monter les températures, mais l’accroissement des températures qui a été suivie, avec un retard typique de 800 ans, par l’augmentation du taux de CO2. Pourquoi ce processus naturel aurait-il changé?

    Pourquoi le GIEC a-t-il posé le postulat d’une relation causale CO2–> températures ainsi que le postulat du rôle pivot du CO2 dans le processus d’effet de serre? Dans les sciences de la Nature, on ne construit pas des modèles à partir de postulats non vérifiés par l’observation.

    Nous pouvons donc en conclure que le climat évolue essentiellement en fonction d’autres causes et que les modèles climatiques ne prennent pas ces causes en considération pour la bonne raison qu’ils ne les connaissent pas.

  2. Adrien dit :

    Je ne laisserai pas une réponse aussi technique mais on est dans la m***e :(